Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus J'ai compris
accueil > sondages > Intentions de vote en Midi-Pyrénées

Intentions de vote en Midi-Pyrénées

Le 26 Février 2010

Elections régionales 2010

A seulement trois semaines du scrutin, le rapport de forces politiques apparait extrêmement favorable à la gauche en Midi-Pyrénées. Martin Malvy y confirme sa popularité, en arrivant largement en tête des intentions de vote du premier tour et en apparaissant imbattable au second, même dans l’hypothèse d’une triangulaire l’opposant à l’UMP et à Europe écologie.

Toutefois, et c’est l’autre enseignement majeur de ce sondage, en Midi Pyrénées, et c’est presque une exception en France, les Verts ne souffrent pas de cette poussé spectaculaire du PS, depuis les élections européennes. La liste Europe Ecologie conduite par Gérard Onesta réussit au 1er tour à conserver l’excellent score obtenu par José Bové en juin dernier et, au second tour, il parvient à réunir 22% des intentions de vote, face à Brigitte Barèges et au « tout-puissant » Martin Malvy



Au premier tour : Une gauche écrasante


Depuis ces dernières années, avec le Limousin, la région Midi-Pyrénées est la région la plus à gauche de France. Déjà au second tour des élections régionales de 2004, la gauche y devançait la droite et l’extrême droite de plus de 15 points. En 2007, au second tour de l’élection Présidentielle, Ségolène Royal y faisait 7 points de plus que Nicolas Sarkozy et, lors des dernières élections européennes, l’ensemble de la gauche devançait l’ensemble de la droite de 14 points.

Cet ancrage régional à gauche se confirme nettement dans ce sondage, puisque la gauche, au premier tour, n’obtient pas moins de 63% des intentions de vote, la droite seulement 34% et le Modem 3%.

Martin Malvy toujours en tête
En obtenant 37% des intentions de vote au premier tour, Martin Malvy confirme sa popularité, déjà observée dans de précédents sondages. Il arrive largement en tête et obtient un score de seulement 4 points inferieurs à celui qu’il avait obtenu en 2004, alors, qu’à l’époque, il était aussi soutenu par le Parti communiste, ce qui n’est plus le cas cette année. Plus remarquable encore, son score est aujourd’hui de 18 points supérieurs à celui obtenu par Kader Arif, lors des élections européennes de juin dernier (19%).

Autre enseignement majeur de ce sondage, cette très forte progression du parti socialiste depuis juin dernier ne se fait pas, dans la région, au détriment d’Europe écologie.

Europe écologie réussi à confirmer son excellent score des européennes
Avec 17% des intentions de vote, la liste conduite par Gerard Onesta, fait progresser les Verts de 9 points depuis les précédentes élections régionales. Surtout, contrairement à ce qui est observé dans la plupart des autres régions, il réussit, malgré la hausse du PS, à non seulement conserver, mais même à améliorer d’un point le score obtenue par José Bové lors des dernières élections européenne (16%).

Ce niveau d’intention de vote permet aux Verts, dans la région, de clairement s’affirmer comme 2eme force politique de gauche derrière le parti socialiste. Mieux encore, la liste conduite par Gérard Onesta pourrait être en mars prochain une des listes Vertes remportant le meilleur score écologiste de France. Pour le moment, dans une seule autre région, BVA à observé une liste Europe écologie bénéficiant d’un score encore meilleur.

L’extrême gauche résiste bien
Dans ce sondage, Lutte ouvrière, le NPA et le Front de gauche, à eux trois, remportent 9% des intentions de vote. C’est certes une baisse de 6 points par rapport aux élections européenne de juin dernier, mais c’est environ le score de « la gauche de la gauche » au 1er tour de l’élection présidentielle de 2007.

Dans le détail, le Front de gauche conforte son ascendant sur le NPA et Lutte ouvrière, en obtenant 6% des intentions de vote (-2 par rapport aux européennes), contre seulement 2% pour la liste NPA (-4) et 1% pour la liste Lutte ouvrière (=).

Le Modem en chute libre
Alors que François Bayrou avait obtenu presque 20% des voix dans la région en 2007, le Modem, qui était déjà tombé à 9% des voix en juin dernier, s’écroule cette fois à seulement 3% des intentions de vote. Avec ce score, il réunit moins du tiers des voix obtenues par Michel Valdiguié en 2004, sous l’étiquette UDF (10%).

La droite en déroute


Au premier tour, droite et extrême droite n’obtiennent que 34% des intentions de vote, soit encore 7 points de moins que ce qu’elles avaient obtenu en 2004 (41%) et 3 points de moins que ce qu’elles avaient obtenu aux élections européennes de juin dernier (37%).

La liste Barèges à seulement 25% d’intentions de vote
Avec ces 25% d’intentions de vote, l’UMP obtient un score de 2 points inférieurs à celui de Dominique Baudis, lors des élections européennes de juin dernier et de seulement 6 points supérieurs à celui de Jacques Godfrain aux élections régionales de 2004, alors que celui-ci devait aussi affronter une liste UDF, qui avait remporté plus de 10% des voix. Au global, la droite parlementaire obtenait 29% des voix en 2004, elle n’en obtient plus aujourd’hui que 25%, alors même que le Front national a lui aussi régressé depuis 2004, même s’il profite d’un léger rebond depuis les européennes.

Leger rebond du FN depuis les européennes
Alors que le Front national avait remporté 12% des voix en 2004 (ce qui lui avait permis de se maintenir au second tour), Jean Marie Le Pen n’avait pu réunir que 9% des voix en 2007. Lors des élections européennes de juin dernier, la liste FN avait même obtenu dans la région seulement 5% des voix.

Dans ce sondage, le Front national se redresse un peu, en obtenant 9% d’intentions de vote, soit le score de Jean-Marie le Pen en 2007 et 4 points de plus qu’aux européennes de juin dernier. Ce résultat peut même encore laisser espérer au Front national, la possibilité d’atteindre la barre des 10% et donc un maintien au second tour. Un tel scénario affaiblirait encore la liste conduite par Brigitte Barèges.

Au second tour


Martin Malvy : une victoire qui ne fait plus de doute
Même dans l’hypothèse d’une triangulaire l’opposant non seulement à Brigitte Barèges, mais aussi à Gérard Onesta, l’actuel président du Conseil régional n’aurait aucun mal a être réélu, en obtenant 46% des intentions de vote, contre 32% pour la liste UMP et 22% pour la liste Europe écologie. Avec une telle avance, on ne voit guère comment il pourrait ne pas l’emporter dans moins d’un mois.

Martin Malvy est toutefois loin de retrouver son score de 2004 (57%), dans la mesure où, à l’époque, il se retrouvait certes aussi en triangulaire, mais opposé à l’UMP et au Front national. Il était alors le candidat unique de la gauche. A l’inverse, dans notre hypothèse, Martin Malvy affronte aussi une autre liste de gauche : celle de Gerard Onesta, soutenue par Europe écologie.

Très bonne résistance des Verts
C’est l’autre grand enseignement de ce sondage : Europe écologie obtient un très bon score, non seulement au premier tour, mais aussi au second, avec 22% d’intentions de vote, soit encore une progression de 5 points par rapport au premier tour (17%).

Un tel résultat renforcerait bien sûr les Verts dans la région, mais il doit toutefois encore être observé avec une certaine prudence. D’une part, parce que l’électorat vert est assez volatil et peut donc encore évoluer d’ici le second tour. D’autre part, parce que l’annonce des résultats du premier tour, au niveau national et en Midi Pyrénées, peut avoir un impact sur les électeurs.

Quoiqu’il en soit, l’excellent score de Martin Malvy dans la région ne semble pas pour le moment nuire à Europe écologie, grâce à un rapport de forces politiques dans la région extrêmement favorable à la gauche : 68% au second tour, contre seulement 32% pour la droite

Sondage réalisé :
  • . du 22 février 2010 au 23 février 2010

SUIVEZ BVA SUR linkedin facebook youtube   rss   newsletter NEWSLETTER
mentions légales © COPYRIGHT 2018 BVA