Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus J'ai compris
accueil > sondages > Sondage LH2 > Les Français et l'avenir de leurs Régions

Les Français et l'avenir de leurs Régions


 

Les principaux enseignements de ce sondage :

L’évolution des territoires régionaux

- 51% des Français ne sont pas favorables à l’agrandissement de leur région en y incorporant de nouveaux départements. 54% sont opposés au regroupement de leur région avec une région limitrophe. Ces résultats nationaux cachent évidemment d’importantes disparités géographiques. Ainsi, 52% des Bretons se montrent plutôt favorables à l’agrandissement de leur région en y intégrant de nouveaux départements, soit 14 points de plus que la moyenne. 22% des habitants des Pays-de-la-Loire sont favorables à la disparition de leur région, soit 9 points de plus que la moyenne.

Questions spécifiques par régions

 - 57% des habitants de la Bretagne se déclarent favorables au rattachement du département de la Loire-Atlantique à la région Bretagne. Si les résidents de Loire-Atlantique sont 63% à s’y montrer favorables, les habitants des Pays-de-la-Loire eux ne sont que 48% à y être disposés. Ils n’y sont pas opposés pour autant (37% seulement émettent des réserves).

- Les Lorrains et surtout les Alsaciens se montrent opposés à la fusion de leurs régions (54% en moyenne) : si 48% des habitants de la Lorraine se déclarent défavorables à la fusion des régions Alsace et Lorraine pour créer une seule région, ce score s’élève à 61% chez les habitants de l’Alsace.

Vous trouverez dans les documents en pièce jointe les résultats des questions spécifiques pour les régions Haute-Normandie, Basse-Normandie, Auvergne, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Poitou-Charentes, Pays-de-la-Loire, Centre.

La collectivité locale de référence


- 48% des personnes interrogées dans notre enquête se sentent appartenir en priorité à la France. 13% des Français interrogés se sentent en effet appartenir en priorité à l’Europe, 11% à leur commune, 11% également à leur région (un taux plus élevé chez les jeunes de 18-24 ans : 17%) et 7% seulement à leur département. Dans le détail, l’appartenance régionale apparaît plus forte que la moyenne dans certaines régions au premier rang desquelles la Bretagne (32%) où elle talonne de près l’appartenance nationale (33%). L’appartenance régionale est, dans une moindre proportion, un peu plus marquée que la moyenne en Alsace (20%).

L’attachement à sa région


- Si la région apparaît comme un échelon de référence pour une minorité de Français, il n’en demeure pas que les Français lui sont très attachés. Près des trois-quarts d’entre eux (73%) se déclarent en effet attachés à leur région dont 24% « très attachés ». C’est en Alsace (84%), en Bretagne (83%) et en Franche-Comté (83% également) que l’attachement à la région est le plus marqué. A contrario, cet attachement est plus faible chez les Franciliens (61%), les habitants de la Champagne-Ardenne (63%) ou encore du Centre (64%).

Les facteurs d’attachement à sa région

- Cet attachement à la région est porté en premier lieu par son patrimoine : pour 64% des Français, parmi les différents éléments qui caractérisent leur région, il est le plus important. Il devance sa culture (43%), son territoire (40%), sa gastronomie (35%) ou encore ses monuments (22%).





Sondage réalisé :
  • . du 24 février 2014 au 03 mars 2014

SUIVEZ BVA SUR linkedin facebook youtube   rss   newsletter NEWSLETTER
mentions légales © COPYRIGHT 2017 BVA