Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus J'ai compris
accueil > sondages > Sondage LH2 > Baromètre des droits des malades

Baromètre des droits des malades

Le 04 Mars 2015

Vague 2015

En matière d’information relative à la santé, le corps médical bénéficie toujours d’un fort crédit et Internet peine à convaincre

• Lorsque les Français doivent choisir un professionnel ou un établissement de santé, ils se tournent en premier lieu vers le corps médical (88%, +2) et majoritairement vers leur médecin traitant.
• Si 57% des Français trouvent que l’information disponible en ligne permet de mieux dialoguer avec le médecin, ils sont moins nombreux (48% , - 5 points) à juger qu’elle permet de bénéficier d’un soutien psychologique grâce aux échanges avec les autres malades et 31% qu’elle permet de se soigner seul par autodiagnostic et automédication.
Les Français restent également à convaincre concernant les services de santé en ligne : ils ne sont que 49% à les juger utiles et 11% à juger qu’ils pourraient remplacer les services de santé traditionnels.

L’Etat, en perte de crédibilité continue lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts des patients

• Cette nouvelle vague du baromètre confirme l’érosion constante de légitimité des instances publiques quant à la défense des patients. Deuxièmes acteurs de confiance des Français en 2012, les administrations et institutions publiques ne sont plus qu’en 4e position aujourd’hui (21%, soit une chute de 24 points en 3 ans).
Ce sont les associations qui sont jugées les plus légitimes pour représenter les usagers du système de santé (57%), devant les complémentaires santé (52%) et les organisations professionnelles de médecins (28%).

A l’heure où le projet de généralisation du tiers-payant fait toujours l’objet de débats, 1 Français sur 4 déclare avoir renoncé à consulter un médecin pour des raisons financières

• 20% des Français ont déjà renoncé à une consultation en raison des dépassement d’honoraires.
17% y ont déjà renoncé du fait de l’obligation d’avancer le montant de la consultation, une part qui est de 25% parmi les malades atteints d’une Affection Longue Durée et de 24% parmi les personnes aux revenus les plus faibles.




Sondage réalisé :
  • . du 19 février 2015 au 21 février 2015

SUIVEZ BVA SUR linkedin facebook youtube   rss   newsletter NEWSLETTER
mentions légales © COPYRIGHT 2017 BVA